Personne n'éduque autrui, personne ne s'éduque seul, les hommes s'éduquent ensemble par l'intermédiaire du monde. (Paulo Freire)

Le bois, ou comment tomber dans le panneau

22/ 6/2010 in aggloméré, contreplaqué, CTBH, CTBS, CTBX, MDF, panneaux de particules

De la « noblesse » de la particule

Lorsque vous vous baladez dans une Grande Surface de Bricolage à la recherche de panneaux de bois pour faire vos petits meubles si mignons, vous risquez de trouver un choix inouï de 3 types de panneaux en 4 épaisseurs :

  • les panneaux de particules de bois, le plus souvent appelés agglomérés,

  • les panneaux MDF, c'est à dire Medium Density Fiber (fibre de bois moyenne densité)

  • les panneaux de contreplaqué, soit des multiplis, soit des lattés,

Si votre GSB est plus orientée « bâtiment » que « décoration », vous trouverez peut-être d'autres variantes, comme l'OSB ou l'alvéolé.

3 types de panneaux, 4 épaisseurs dans le meilleur des cas, ça fait 12 choix possibles. Je vous l'avais dit, c'est inouï. S'agirait pas de s'y perdre.

Le panneau de particules, dit « aggloméré »

L'aggloméré est constitué de deux éléments, parfois trois :

  • des copeaux de bois

  • de la colle (une résine) qui maintient les copeaux de bois entre eux

Les copeaux qui constituent ces panneaux peuvent provenir de résineux, de feuillus, de déchets de scierie. Bref, d'un peu tout et n'importe quoi. Le greenwashing, qui est la tendance publicitaire de la décennie, vous dira que c'est super l'aggloméré car comme on utilise des matières qui n'étaient pas valorisées jusque là, il y a beaucoup moins de « pertes » donc beaucoup moins de gaspillage, donc en voilà un panneau écolo-responsable...

Oui, c'est vrai, du moment que vous ne le reniflez pas votre aggloméré, il est vachement écolo-citoyen.

Comment des copeaux deviennent-ils des panneaux d'aggloméré ?

On les broie puis on trie ce qui résulte pour disposer les plus grands copeaux au cœur du panneau et les plus fins en surface. Le but étant d'obtenir une surface lisse sur laquelle on plaquera éventuellement du stratifié ou de la mélamine par la suite.

Le troisième élément constitutif du panneau d'aggloméré (le parfois trois plus haut) est le plomb de chasse.

Eh oui, pour peu que le bois provienne de forêts fréquentées par des chasseurs, vous trouverez peut-être des plombs de chasse dans vos panneaux... Rassurez-vous, c'est quand même rare (car dans les forêts il y a davantage d'arbres que de gros cons de chasseurs) et votre lame de scie ne devrait pas trop en souffrir.

Le seul avantage de l'agglo

C'est du panneau pas cher. Enfin, normalement il ne devrait pas être cher.

Il y a un deuxième avantage, qui est commun à tous les panneaux de bois en fait : la stabilité dimensionnelle. Les panneaux ne se déforment pas, c'est à dire qu'ils ne gauchissent pas, ne tuilent pas, ne cambrent pas... C'est génial ! On peut oublier tout le savoir-faire des zanciens qui travaillaient le bois massif. Mais c'est aussi la moindre des choses : ces panneaux sont tellement imbibés de colle qu'on se demande comment ils pourraient encore se déformer.

L'agglo ne se déforme vraiment pas ? Oh non. Stocké à plat, il ne se déforme pas. Sous forme d'étagère supportant des kilos de livres, il finira bien par ployer. Mais devenir des étagères n'est pas la destination de prédilection de l'aggloméré... :-)

Les inconvénients

L'aggloméré est moche. Il est aussi moche en surface que sur ses chants. Mais c'est pas grave car nos intérieurs faits de meubles pré-fabriqués en agglo sont moches aussi on lui plaque généralement dessus du stratifié ou de la mélamine – aussi peu esthétiques je trouve, mais c'est un autre débat – et on lui colle des bandes de chant, généralement en plastique, histoire de parachever le côté fonctionnellement pratique.

L'aggloméré est lourd. Il ne résiste pas en milieu humide (sauf le CTBH - voir plus bas). L'aggloméré est pratiquement impossible à travailler avec des outils manuels.

Mais le principal inconvénient réside dans sa composition : résines urée-formol dont les émanations ne sont pas neutres. Le formol, c'est bon pour les morts. Pour les vivants... Je ne sais pas.

L'aggloméré constitue la matière première de pratiquement tous les meubles contemporains, y compris ceux originaires de Suède (si ça se trouve, il doit y avoir de sublimes panneaux d'agglomérés fabriquées à partir de forêts durablement gérées... Ouf). Donc pratiquement tous vos meubles fleurent bon les émanations d'urée-formol...

Prévoyez d'aérer quotidiennement et longuement les pièces qui les contiennent. Comparez avec l'amiante qui est interdite, et pensez aux formaldéhydes que l'on a encore le droit de respirer.

Prendre soin de ses outils

Pour travailler ces panneaux, oubliez vos scies manuelles, vos ciseaux à bois ou vos rabots : la résine qui lie les copeaux est extrêmement abrasive, les outils acier HSS sont émoussés très rapidement (10 cm d'usinage de ce type de panneaux suffisent à ruiner l'affutage). Le salut réside dans l'utilisation d'outils dotés de pastilles carbure.

Les panneaux MDF

Comme l'aggloméré, ce sont des panneaux de particules. La différence est que là, le bois est finement broyé avant d'être lié par une résine.

L'aspect de surface du MDF est lisse. L'aspect des chants du MDF n'est pas sans rappeler le carton.

Avantages du MDF

Lisse, s'usine dans tous les sens (on dit qu'il est isotrope : ses propriétés mécaniques sont les mêmes dans toutes les directions. A la différence du bois massif - anisotrope - dont les propriétés mécaniques différent selon le sens du fil). Se plaque facilement. Stable dimensionnellement en milieu sec. Il fait la joie des peintres à qui il épargne une bonne partie du travail de préparation de surface.

Inconvénients du MDF

Il est lourd, très lourd. Mais bon, ça, ça ne joue qu'une fois : lorsqu'on fabrique ou que l'on assemble. Une fois le meuble disposé, on n'en parle plus.

Il ne résiste pas à l'humidité, à hautes doses il gonflera encore plus vite que l'agglo et changera de teinte s'il est laissé à l'état brut. A petites doses il se déformera et ploiera sous les charges.

Comme l'agglo, il pue le formaldéhyde. Ah c'est bête.

Comme l'agglo, étant donné les résines qui le lient, il use aussi tous les outils HSS à la vitesse grand V. Prévoir des lames carbure pour le sciage, des mèches métal pour le perçage - ça fait moins mal de les user que les mèches bois spécifiques...

Il fendille et éclate facilement si vous vissez sur le chant et que vous avez oublié de pré-percer. Mais bon, oublier de pré-percer, on ne le fait qu'une fois. En cas d'éclats de ce type, la parade consiste à encoller l'intérieur des parties éclatées puis à les presser avec un serre-joint jusqu'à séchage complet.

Les précautions à prendre

Les mêmes que pour l'aggloméré + masque à poussière pour les usinages (voir cette page - et d'autres - sur le site Bois Sécurité...)

Le contreplaqué

Existe en multiplis ou en latté. C'est encore le panneau qui se rapproche le plus du bois massif. Mais pas trop près quand même, hein !

Le multiplis est constitué de feuilles de bois massif (appelées plis), le plus souvent obtenues par déroulage, superposées à contrefil et collées les unes aux autres de part et d'autre d'une âme centrale. Il y a toujours un nombre de feuilles impair, pour que le fil soit dans le même sens sur chaque face externe.

Le latté c'est la même chose sauf que l'âme est constituée de lattes de bois, d'épaisseurs variable selon le panneau, collées entre elles et recouverte par un placage.

A épaisseur égale, le multiplis est généralement plus léger que l'aggloméré ou le medium. C'est normal : il contient plus de bois et moins de colle. Et l'essence utilisée est généralement de faible densité.

Pour le contreplaqué vendu dans votre Grrrande Surface de Bricolage, l'essence la plus utilisée est l'oukoumé, un bois exotique de faible densité. Il existe des multiplis en d'autres essences, plus ou moins « nobles », mais ne rêvez pas : pas en GSB...

L'avantage du contreplaqué

Comme pour les autres panneaux : excellente stabilité dimensionnelle. Meilleure même si l'on en croit les fabricants... Résistance à l'humidité si traitement adéquat (peut alors être utilisé en extérieur). Se rapproche le plus du bois massif en ce qui concerne l'usinage (quoique... Étant donné la faible densité des essences utilisées, cela peut parfois s'avérer délicat).

Le chant du contreplaqué est un chouïa plus esthétique que celui de l'agglo, il peut être laissé nu après usinage, sinon on lui adjoindra avec bonheur des chants en bois massif.

Les classements

Sur les différents panneaux de particules comme sur les panneaux de contreplaqués, vous pourrez voir ces quelques lettres imprimées: CTBS, CTBH, CTBX...

Ah la la... La France est le pays des sigles...

Ce sont des labels délivrés par le Centre Technique du Bois et de l'Ameublement. Dans les sigles précédents, nous avons CTB comme Centre Technique du Bois puis :

  • S comme standard, c'est la qualité minimale à laquelle doit répondre un panneau de particules agglomérées. Si ce sigle n'est pas présent... n'utilisez le panneau que pour des réalisations provisoires.

  • H comme hydrofuge, pour tout panneau de particules à utiliser en milieu humide (cuisine, salle de bain). Ne convient pas pour une exposition en extérieur, sous la pluie, le soleil, les éléments déchaînés...

  • X comme extérieur. Le CTB-X ne s'applique qu'aux contreplaqués, pas aux panneaux de particules.

Le Centre technique du bois et de l'ameublement est un organisme français de contrôle et de certification des matériaux bois et de l'ameublement. C'est lui qui délivre les différents labels selon la conformité des produits aux normes en vigueur.

Mais ne cherchez plus CTBA, cherchez FCBA : le Centre technique du bois s'est mué en FCBA il y a quelques années (je cherche encore le sens du F de FCBA, mais bon, en même temps je m'en moque un peu, ça ne fera jamais qu'un sigle incompréhensible de plus à mon actif...Edit : je crois que je l'ai : Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement... Ça vous la coupe, hein ? À moi aussi ! ).

Et peut-être qu'avec l'harmonisation européenne nous aurons prochainement affaire à d'autres organismes de certification et de contrôle situés dans d'autres pays de l'Union européenne... De nouveaux labels en perspective ?

 

 

Commentaires

le bois ou comment tomber dans le panneau

Merci pour cet article instructif et très drôle, j'aime beaucoup votre style.
Bonne année 2013 !

Bonne année aussi ! :-)

Bonne année aussi ! :-)

le bois ou comment tomber dans le panneau, les liens

Bref, amusant et bien fait.
Les liens en bas sont aussi très intéressants.
Je vais essayer donc mes cantonnières pour rideaux avec du contreplaqué.
Merci.

Oui. Le contreplaqué est tout

Oui. Le contreplaqué est tout à fait approprié pour cet usage.

plancher hydrofuge

Bonjour à tous
J'ai un gros problème dans mon local qui a été construit il y a 9 ans.
C4est un batiment modulaire.
On a découvert, lors d'un remaniement de notre show room qu'à certains endroits aux niveaux des raccords de module, que le plancher pourrissait
Et le phénomème empire de semaine en semaine
On a appelé un de nos clients artisan pour constater et trouver d'où ça venait.
En fait il y a des infiltrarions suite à des mouvements de la carcasse des modules qui ne sont plus étanches et laisse passer l'eau par temps de grosses pluies.
POur en venir au fait, l'artisan a constater que le plancher etait en aggloméré basique et non pas hydrofuge comme spécifié dans le cahier des charges du constructeur
Ce dernier confirme que c'est de l'hydrofuge ??????????????
COmment peut on le vérifier.
Si vous savez comment on peut faire la différence , hormis la couleur verte qui d'aprés le constructeur , n'est pas une obligation, je prends toutes les bonnes infos car si ce n'est pas hydrofuge, je l'attaque pour vice caché et tromperie sur le matériel
Merci de votre aide précieuse
JM THIEBAUT

Quoi utiliser pour fabriquer un dressing

Bonsoir,

je souhaite fabriquer un dressing de 250cm de largeur, 250cm de hauteur et 58cm de profondeur.
Le dressing sera constitué d'une colonne rangement de 32cm de large, d'une partie penderie d'environ 140cm et d'une autre colonne de 64cm.

Que faut-il mieux utiliser pour fabriquer ce type de dressing? Agglo, MDF ou contreplaqué? Et quelle épaisseur de panneau utiliser?
J'ai l'impression, à la lecture de l'article ci-dessus, que le MDF n'est pas très approprié et risque de se déformer....

Merci d'avance pour les réponses.

Le MDF, en 19 mm d'épaisseur

Le MDF, en 19 mm d'épaisseur mini, fera l'affaire (le CP aussi, en 22 mm). Sauf dégâts des eaux, ça ne bougera pas. Ne pas oublier de rigidifier la structure pour éviter l'effet « château de cartes » :-)

Quoi utiliser pour fabriquer un dressing

Pourquoi du MDF plutôt que de l'agglo mélaminé de même épaisseur?
Et quels sont les points importants à respecter pour rigidifier la structure?

Merci d'avance.

A choisir entre travailler du

A choisir entre travailler du MDF ou de l'agglo mélaminé, je choisis le MDF.

Le seul avantage que je vois au méla : la "finition" est déjà faite (sauf sur les chants). En revanche, l'agglo est... comment le dire poliment... assez dég(biiiiip!). C'est ce que j'ai utilisé pour faire les caissons dont je décris la fabrication dans le B.A-BA, c'est tellement pourrave que je me demande encore pourquoi j'ai pris du méla...

(En fait si, je sais : j'avais oublié à quel point c'était pourri comme matière)

Pour rigidifier la structure : entretoises, traverses intermédiaires ou tablettes solidaires des côtés, dos (qui peut être moins épais que les parois, et qui de plus assurera l'équerrage).

Le MDF est lourd, y penser !

(Penser aussi à l'aspiration lors du débit et des usinages éventuels : obligatoire)

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question est là pour éviter le spam :
13 + 7 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.
Type the characters you see in this picture. (verify using audio)
Type the characters you see in the picture above; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.