Avec Festool j'attire les poules !

Le plan du caisson de 500 mm de large, pas à pas

in B.A.-BA, caisson, dessin technique, dessiner un plan de meuble, fabriquer un caisson, OpenOffice Draw

Ce billet présente toutes les étapes de réalisation du plan du caisson de 500 mm avec OpenOffice, avec trois vues : face, gauche et dessus.

Le tout abondamment illustré.

Ça va être loooooong (et, du coup, scindé en plusieurs parties).

Le détail des étapes, le voici :

  1. L'écran de départ obtenu à l'ouverture d'OpenOffice Draw(oui, j'avais dit toutes les étapes ;-) )
  2. Le dimensionnement de la page de dessin
  3. Le réglage de l'origine
  4. La création des calques
  5. Le dessin de la vue de face
    1. Le dessin des pieds
    2. Le dessin du dessous
    3. Le dessin des côtés
    4. Le dessin de la traverse haute
    5. Le dessin des usinages au pas de 32
    6. Le dessin des dominos
  6. La construction de la vue gauche
    1. Délimiter les zones de dessin de la vue de gauche,
    2. Le dessin du fond
    3. Le dessin du dessous
    4. Le dessin de la traverse haute
    5. Le dessin des côtés
    6. Le dessin des pieds
    7. Le dessin des dominos:
      1. les dominos qui assemblent le fond aux côtés du caisson,
      2. les dominos qui assemblent le dessous aux côtés du caisson,
      3. les dominos qui assemblent la traverse haute aux côtés du caisson
    8. Le dessin des perçages au pas de 32
  7. La construction de la vue de dessus (billet à venir)
    1. La mise en place des lignes de projection
    2. Le dessin des pieds
    3. Le dessin du dessous
    4. Le dessin des côtés
    5. Le dessin de la traverse haute
    6. Le dessin des usinages au pas de 32
    7. Le dessin des dominos

Vous aurez remarqué qu'on dessine trois fois la même chose... Le truc, c'est que :

  • on ne les dessine pas de la même façon car on dessine trois vues différentes
  • ce qui est dessiné sur une vue doit correspondre à ce qui est dessiné sur les autres vues.

Ce n'est pas très clair ? Pas de panique, ça s'éclaircira dans la suite du billet.

L'écran de départ obtenu à l'ouverture d'OpenOffice Draw

J'ai donc ouvert OpenOffice Draw pour dessiner un plan et j'obtiens l'écran suivant :

Le dimensionnement de la page de dessin

La première chose à faire est de dimensionner la page pour qu'elle contienne, à l'échelle 1, mes différentes vues (vue de face, vue gauche et vue de dessus).

Cela se fait via le menu Format puis Page... et on rentre la nouvelle dimension dans la boite de dialogue qui s'affiche :

La boite de dialogue de dimensionnement de la page

La page ressemble maintenant à ça :

Le réglage de l'origine

La deuxième chose à faire est de positionner notre origine.

On va la placer de sorte à pouvoir dessiner trois vues, et pour savoir où placer cette origine, on va tracer trois rectangles qui occupent, à la louche, la surface de chacune des vues :

On glisse un repère horizontal et un repère vertical depuis les règles :

puis on fait glisser l'origine dessus. Comme les repères sont magnétiques, l'origine va « coller » dessus.

On peut maintenant virer nos trois rectangles tracés à la louche.

On peut laisser les lignes de repère (c'est bien d'avoir des repères dans la vie) : elles serviront à repositionner l'origine à l'ouverture suivante du document.

(Bug d'OpenOffice Draw ? A chaque ouverture du dessin, l'origine se trouve en haut à gauche de la page, même si on l'a délibérément placé ailleurs dans le document lors de la session de travail précédente. Il faut donc « repositionner » l'origine à chaque ouverture du dessin... C'est ballot.).

La création des calques

Notre feuille est presque prête, il reste à créer les couches qui recevront les différents éléments du caisson.

Ces éléments peuvent être regroupés en quatre familles :

  1. la structure proprement dite (les côtés, le dessous, le dos, la traverse haute)
  2. les pieds (il n'y aura que les pieds comme quincaillerie)
  3. les éléments d'assemblage (ici, des Dominos)
  4. les usinages (les perçages au pas de 32)

On va donc créer quatre couches que l'on nommera ainsi.

Clic dans la zone des onglets, à droite d'une couche existante :

Le curseur de la souris indique où il faut cliquer

Saisie du nom de la couche (ici, on la nomme Structure) :

Validation sur le bouton ok et on recommence la même chose pour les autres couches.

Au final, notre document ressemble à ça :

En bas de l'écran, la zone affichant les différents onglets créés. A noter qu'à chaque ouverture du fichier dessin, il faudra élargir cette zone à la souris pour afficher son contenu.

Le dessin de la vue de face

Nous allons dessiner tous les éléments de la vue de face. C'est ce qu'on verrait du meuble si on était face à lui.

Et que voit-on ?

  • deux pieds,
  • un « dessous »,
  • un côté gauche,
  • un côté droit,
  • une traverse haute,
  • un fond,
  • les usinages au pas de 32.

Et qu'est-ce qu'on ne voit pas ?

  • les dominos qui servent à l'assemblage

On va donc commencer par dessiner les pieds.

Le dessin des pieds

Alors :

  1. Les pieds, c'est de la quincaillerie. On va donc les dessiner sur la couche Quincaillerie
  2. La dimension du pied utilisé c'est 59,6 mm de large et 100 mm de haut. C'est une dimension hors-tout.
  3. Le pied est vissé par son centre au caisson, avec une vis qui traverse le dessous du caisson.

Première chose à faire pour dessiner un pied (qui fait partie de la quincaillerie) : cliquer sur l'onglet Quincaillerie pour le rendre actif.

Tout ce qui sera dessiné maintenant le sera sur l'onglet Quincaillerie (même si ce qu'on dessine est accessible depuis les autres onglets, voir tuto précédent).

Pour dessiner le pied, on sélectionne le rectangle dans les formes de base :

Puis on le trace dans la feuille, à la souris (peu importe ses dimensions et sa position à ce stade) : on obtient un rectangle avec un bleu moche comme couleur de remplissage.

Cette couleur bleue est moche et inutile, l'épaisseur du trait (0 mm) risque de poser problème à l'impression. On va donc modifier ces deux valeurs :

On presse ensuite la touche F4 pour dimensionner et positionner ce rectangle qui symbolise le premier pied du meuble :

Comme dimension, on indique :

  • 59,6 comme largeur
  • 100 comme hauteur

Comme Position, on indique :

  • 50 pour X
  • 0 pour Y

Faites attention au point de base : les coordonnées X,Y saisies correspondent au coin inférieur gauche du pied, on va donc cocher le point inférieur gauche du point de base.

Avec X=50 et Y=0, cela veut dire que le bord du pied se trouve à 50 mm (à 50 mm de quoi ? À 50 mm du bord du caisson, on verra ça plus tard). C'est bien joli, mais c'est pas exactement comme ça qu'il faudrait indiquer la position du pied.

Voici une photo des pieds utilisés :

On le voit, le pied est fixé par son centre. Ce qui nous importe, c'est la cote de perçage pour visser le pied :-).

Comme le pied fait 59,6 mm de large, si on veut que l'un de ses bords se trouve à 50 mm du bord du caisson, il va falloir le positionner à :

50 + (59,6 / 2) = 79,80.

À 79,80 mm.

Vous allez percer à 79,80 mm, vous ? Non.

Moi non plus.

Allez hop ! On arrondit à 80 mm et on corrige la position sur le dessin :

Dans la boite de dialogue, on a modifié le point de base (cerclé en vert) :

et on a indiqué 80 comme position X.

Le pied est maintenant correctement positionné sur le plan.

On va maintenant s'occuper du pied droit.

Le pied droit

Facile ! On va copier-coller le premier pied puis simplement modifier sa position.

Tout comme le pied gauche se trouve à 80 mm du bord gauche du caisson, le pied droit se trouve à 80 mm du bord droit du caisson. Déterminer sa position est donc simple :

  • le caisson faisant 500 mm de large, le bord droit du caisson se trouve à 500 mm
  • le pied se trouve donc à : 500 – 80, soit 420 mm comme coordonnée X.

Détail des opérations pour positionner le pied droit :

Sélection du pied gauche puis CTRL+C et CTRL+V : rien ne change à l'écran

On presse la touche F4, la boite de dialogue Position/Taille s'affiche :

On saisit les nouvelles valeurs, en faisant attention aux points de base :

X = 450

Y = 0

On valide : le pied droit est maintenant correctement positionné :

On va maintenant dessiner le dessous.

Le dessin du dessous

Le dessous, les côtés, la traverse haute, le fond, font partie des éléments structurants. On va donc les dessiner sur la couche nommée Structure.

Vue de face, à quoi ressemble un dessous de caisson ?

  • il fait 500 mm de large
  • son épaisseur est de 16 mm (l'épaisseur des panneaux de mélaminé dans lequel on le débitera)
  • il « repose » sur les pieds, c'est à dire qu'il se trouve à 100 mm au-dessus du sol.

Plutôt que de tracer à nouveau un rectangle, dont il faudra modifier la couleur et l'épaisseur du trait, on va copier-coller un des rectangles déjà dessinés puis on modifiera sa taille et sa position.

Voici le détail des opérations :

On copie-colle un des pieds, sélection d'un des pieds à la souris :

On active l'onglet « Structure » en cliquant sur son nom :

On presse les touches CTRL+V : rien ne bouge à l'écran, c'est normal.

On presse la touche F4 qui affiche la boite de dialogue Position/ Taille et qui contient les données de l'objet copié:

On indique les nouvelles données :

  • X = 16,
  • Y = -100
  • Largeur = 500
  • Hauteur = 16

On a bien fait attention aux points de base.

On valide la boite de dialogue, le dessous est maintenant correctement dessiné :

Pourquoi a-t-on indiqué Y=-100 et pas Y= 100  ? A cause du système de coordonnées d'OpenOffice Draw...

Pourquoi a-t-on indiqué X=16 et non pas X=0 ? Parce que X=0 est la «coordonnée » gauche du meuble.

Le meuble « démarre » bien à zéro mais c'est la face gauche du côté gauche qui « démarre » à zéro. Le dessous démarre à la face droite du côté gauche, c'est à dire à zéro plusse 16 mm (l'épaisseur du côté)...

Maintenant : les côtés.

Le dessin des côtés

Il y a deux côtés à dessiner : celui de gauche et celui de droite.

Comme là aussi il s'agit de rectangles, on va les dessiner de la même façon que les trois rectangles précédents, à savoir :

  • copier-coller d'un rectangle existant,
  • indications de sa nouvelle position et dimension.

Vu de face, à quoi ressemble un côté ?

  • Il fait 575 mm de haut
  • il fait 16 mm d'épaisseur (l'épaisseur des panneaux mélaminés dans lequel on le débitera
  • le dessous du côté est à fleur du dessous du caisson, c'est à dire qu'il se trouve à 100 mm au-dessus du sol.

On va rentrer tout ça dans l'ordi. Voici le détail des opérations :

On copie colle un des rectangles, sélection à la souris puis CTRL+C et CTRL+V :

Rien ne bouge à l'écran – c'est normal – on presse alors la touche F4 qui affiche la boite de dialogue Position/ Taille et qui contient les données de l'objet copié :

On fait attention aux points de base puis on indique les nouvelles données :

  • X = 0,
  • Y = -100
  • Largeur = 16
  • Hauteur = 575

On a bien fait attention aux points de base.

On valide la boite de dialogue, le côté gauche est maintenant correctement dessiné :

Occupons-nous du côté droit et, là aussi, c'est très simple.

Tout comme on a créé un pied droit à partir d'un pied gauche, on va créer le côté droit à partir du côté gauche :

  • on va copier-coller le côté gauche
  • on va indiquer ses nouvelles coordonnées

Vu de face, à quoi ressemble un côté droit ?

  • il a les mêmes dimensions qu'un côté gauche,
  • il est simplement positionnée 516 mm plus à droite... :-)

Voici le détail des opérations :

On copie colle le côté gauche, sélection à la souris puis CTRL+C et CTRL+V :

Rien ne bouge à l'écran – c'est normal – on presse la touche F4 qui affiche la boite de dialogue Position/ Taille et qui contient les données du côté gauche:

On indique les nouvelles données :

    X = 516,
  • Y = -100
  • Largeur = 16
  • Hauteur = 575

On a bien fait attention aux points de base.

On valide la boite de dialogue, le côté droit est maintenant correctement dessiné :

Et voilà !

C'est nettement plus rapide à faire qu'à expliquer... :-)

On va maintenant s'occuper de la traverse haute.

Le dessin de la traverse haute

Vue de face, à quoi ressemble une traverse haute ?

C'est un rectangle de 500 mm de large et de 16 mm de haut.

Ça ne vous rappelle rien ?

Si !

Représenté de face, c'est la même chose que le dessous. Mais placé un petit peu plus haut...

On va donc copier-coller le dessous et modifier son positionnement :

On sélectionne le dessous à la souris et on presse les touches CTRL+C puis CTRL+V. Rien ne se passe à l'écran, c'est normal :

Sans rien désélectionner, on presse la touche F4, la boite de dialogue Position /Taille s'affiche, elle contient les valeurs de l'objet copié :

On modifie ces valeurs pour qu'elles correspondent à celles de la traverse haute, c'est à dire :

  • X = 16
  • Y = - 659

puis on valide la boite de dialogue.

La travers haute est maintenant dessinée à la bonne place :

On en a terminé avec les éléments structurants de la vue de face, on attaque les usinages, ici les perçages au pas de 32.

Le dessin des usinages au pas de 32

Un perçage au pas de 32, qu'est-ce que c'est ?

C'est un alignement de trous :

  • dont la diamètre est de 5 mm,
  • dont la profondeur est de 8, 11 ou 13 mm,
  • dont la distance, au centre, entre chaque trou est de 32 mm
  • dont le premier trou démarre à une distance de 32 mm du haut du caisson (ou à un multiple de 32 mm).

Dans notre caisson de 500 mm de côté, il y a un perçage au pas de 32 :

  • sur le fond
  • sur chaque côté

Vu de face :

  • le perçage du fond est visible
  • les perçages des côtés ne sont pas visibles

Comme il s'agit d'un usinage et que l'on a créé une couche pour le dessin des usinages, on va activer cette couche :

On a tous les éléments en main pour dessiner notre perçage au pas de 32 mm.

On trace un premier cercle de diamètre quelconque, à un endroit quelconque du plan :

On modifie sa couleur et son épaisseur de trait, comme on sait déjà le faire :

On presse la touche F4, on fait attention aux points de base puis on modifie sa dimension et son positionnement :

  • Hauteur = 5 mm
  • Largeur = 5 mm
  • X = 266 (le centre du fond)
  • Y = - 643 (c'est à dire : hauteur totale des Pieds + hauteur total des Côtés - 32)

Il ne reste plus qu'à tracer les autres perçages...

C'est très long de dessiner les N trous d'un perçage au pas de 32... Alors on peut :

  1. Dessiner un long rectangle de 5 mm de large qui les symbolise tous (et il faudra ensuite se souvenir ce que symbolise ce rectangle...),
  2. Se dessiner une bonne fois pour toutes un alignement de perçages au pas de 32, qui sera sauvegardé comme modèle dans un fichier dessin à part et que l'on réutilisera dans les nouveaux plans

La deuxième solution est plus rationnelle.

Le dessin des pas de 32 des côtés

Ils ne se voient pas vraiment.

On les dessinera donc en pointillés.

Mais..., plutôt que de redessiner un à un ces perçages là, il est plus rapide de :

  • copier-coller les usinages au pas de 32 précédents,
  • modifier le type de trait de continu à Fine pointillé
  • déplacer cette colonne de perçages sur le côté gauche
  • copier-coller cette colonne puis la déplacer sur le côté droit du meuble

Eh oui... On deviet fainéant avec l'informatique... Mais rassurez-vous : pour la fabrication du caisson, il n'y aura pas de copié-collé possible ! :-)

Le dessin des dominos

Les Dominos sont des faux tenons en hêtre massif produits par Festool (c'est pour ça que j'écris Domino avec une majuscule. J'ai le respect).

(Toutes mes excuses aux internautes qui atterrissent sur cette page en ayant cherché «jeu de domino interactif» dans un moteur de recherche)

On dit « faux tenons » car ce sont des tenons qui ne sont pas usinés dans le volume de la pièce à assembler.

Ces Dominos serviront à :

  1. assembler le dessous et le fond,
  2. assembler les côtés et le fond,
  3. assembler les côtés et le dessous,
  4. assembler la traverse haute aux côtés.

On va utiliser des Dominos qui font 5 mm d'épaisseur, 30 mm de long et 19 mm de large. C'est un parti pris technique audacieux dans la mesure où on va mortaiser dans du mélaminé de 16 mm d'épaisseur, c'est à dire 1 mm de plus que la moitié d'un domino...

(J'adore l'expression parti pris technique audacieux, ça signe le mec qui se rend compte en cours de route qu'il a fait un choix technique hasardeux mais qui roule néanmoins des mécaniques pour esbrouffer qu'il s'agit en fait d'une décision mûrement réfléchie...)

On verra ultérieurement comment s'en sortir :-)

Nota bene :

Si la notion de « Domino » Festool ne vous est pas familière, remplacez Domino par tourillon, le principe est le même : il s'agit de faire un trou sur chaque élément à assembler et d'y glisser soit un Domino, soit un tourillon.

Le trou pour le tourillon est rond et s'appelle perçage, le trou pour le Domino est oblong et s'appelle mortaise.

On usine les premiers avec une perceuse (ou avec une tourilloneuse Mafell pour les plus dépensiers d'entre nous) et les seconds avec une Domino Festool.

Les problématiques « Combien on en met ? » et « On les espace de combien ? » sont les mêmes dans les deux cas.

On va donc dessiner ces Dominos en quantité suffisante et à la position à laquelle ils se trouveront dans le caisson.

Comment représenter un domino ?

J'utiliserai les Dominos qui font 5 mm d'épaisseur et 30 mm de longueur.

Vu de face, lorsqu'on assemble le dessous et le fond, on « voit » le bout du domino.

Lorsqu'on assemble les côtés et le fond, on voit le « plat » du Domino.

Lorsqu'on assemble les côtés et le dessous, on voit le « chant » du Domino.

Lorsqu'on assemble la traverse haute aux côtés, on voit le « chant » du Domino.

En somme, on voit ça :

Les deux questions qui se posent maintenant sont donc :

  1. Combien de Dominos ?
  2. De combien les espacer ?

La réponse est... il n'y a pas de règle !

Mais on peut raisonnablement imaginer que deux Dominos seulement sur une hauteur de plus de 500 mm ça ne sera pas assez... Et que 50 Dominos ça sera beaucoup trop...

On va dire qu'on en mettra un tous les 150 mm à peu près et que ceux situés aux extrémités des panneaux se trouveront à 50 mm de ces extrémités.

Ainsi, pour fixer les côtés au fond, on va avoir 475 mm à « couvrir » (575 – 50 – 50 = 475).

Prenez votre mètre ruban, déroulez 475 mm, imaginez que vous avez un Domino à 0 et un autre à 475 (les deux extrémités), combien mettriez-vous de dominos entre 0 et 475 ?

A vue de nez, deux de plus (ce qui fait trois intervalles). Si on divise 475 par trois, ça fait 158 et des poussières : on n'était pas loin des 150 mm dont je parlais juste avant... :-)

Hein ? Quoi ? C'est toujours aussi empirique ?!

Pas toujours, mais souvent :-)

Occupons-nous maintenant de l'assemblage du fond au dessous : on a 500 mm.

Si on reprend les règles empiriques qui viennent d'être énoncées, on met un domino à 50 mm de chaque extrémité du fond, puis on voit ce qui reste à « couvrir » : 450 mm.

On pourrait poser un domino à peu près tous les 150 mm, ou se dire que cette partie va supporter le poids du caisson plus le poids du plan de travail (bien que le poids de ce dernier sera réparti entre les quatre caissons) et qu'il faudrait peut-être en mettre un de plus, par sécurité.

Allez ! On se décide pour 4 dominos pour les côtés et le fond, et 4 autres dominos pour le fond et le dessous.

Reste à les dessiner. Pour cela, on se place d'abord dans l'onglet Assemblage.

Dessiner les Dominos pour les côtés et le fond

En vue de face, ce que l'on voit des Dominos qui assemblent les côtés et le fond c'est le « plat ».

On va d'abord « modéliser » un Domino, il s'agira d'un rectangle de 28 mm de long et de 19 mm de haut.

On sélectionne la forme « rectangle arrondi »

On trace un rectangle d'une forme quelconque et on modifie son type de ligne et sa couleur

 

Puis on presse la touche F4 pour modifier sa position et sa taille, on indique :

  • X= 4
  • Y= -150
  • Largeur = 28
  • Hauteur = 19

Le premier domino est maintenant correctement positionné :

Pour positionner le Domino qui se trouve à 50 mm du haut, on va copier-coller ce premier domino et modifier la position Y en - 625.

Pourquoi - 625 ? A cause du système de coordonnées d'OpenOffice Draw...

Comment calculer cette position ?

C'est très simple :

  • Les pieds font 100 mm de haut,
  • les côtés font 575 mm de haut et se trouvent sur les pieds,
  • on a donc 575 + 100 = 675, 675 c'est le bord haut du côté,
  • 675 – 50 = 625.

Voici le détail du positionnement en images :

On sélectionne le premier Domino :

On copie-colle le Domino, rien ne se passe à l'écran, c'est normal :

On presse la touche F4 pour modifier la position :

Le Domino est maintenant à sa nouvelle position :

Pour dessiner et placer les Dominos intermédiaires, on a le choix entre :

  1. copier-coller les Dominos les uns après les autres et modifier leur position via la boite de dialogue Position et Taille,
  2. copier-coller deux fois le Domino, les sélectionner les quatre et utiliser la fonction Répartition verticale du logiciel (accessible via le menu Modifier... puis Répartition / Vertical / Espacement ),

1. Copier-coller deux fois le Domino :

Vous savez faire. Pas besoin de copie d'écran ! :-)

2. Utiliser la fonction Répartition verticale du logiciel (accessible via le menu Modifier... puis Répartition / Vertical /Espacement )

Les Dominos du haut et du bas n'ont pas bougé, les Dominos intermédiaires ont été placés à égale distance entre eux et par rapport aux Dominos des extrêmités :

Ces quatre Dominos étant toujours sélectionnés, on va les grouper (Menu Modifier... etc).

Puis on va les copier-coller pour les positionner sur le côté droit.

 

 

Reste à dessiner les Dominos qui assemblent le dessous au fond, les côtés au dessous et la traverse haute aux côtés.

Avec la super-vision de Superman qui traverse les cloisons opaques et le caisson vu de face, les Dominos qui assemblent le dessous au fond sont vus en bout.

Ceux qui assemblent les côtés au dessous sont vus sur chants.

Il en va de même pour les Dominos qui assemblent la travers haute aux côtés.

On va donc représenter ces Dominos avec les dessins correspondants, piochés ci-dessous :

Et comme j'ai déjà expliqué en (trèèès) long et en (trèèès) large comment dessiner et positionner des éléments dans OpenOffice Draw, je vous passe la main pour le dessin des Dominos restant... :p

Si, à ce stade du B.A.-BA vous voulez faire joujou avec la vue de face du caisson, vous pouvez télécharger tout à fait légalement le fichier OpenOffice Draw en cliquant ici (il y a un écran de pub pour le site de partage qui héberge le fichier, mais il n'est pas bloquant).

Voilà ! On en a terminé avec le dessin de la vue de face, il ne reste que les deux autres vues à dessiner :

  1. la vue gauche,
  2. la vue de dessus.

Commentaires

Impression

Du coup tu n'imprimes jamais tes plans ? Si oui comment fais-tu si tu as une échelle 1:1 ?

En effet, je n'imprime pas

En effet, je n'imprime pas mes plans. À une échelle 1:1, il me faudrait un traceur... que je n'ai pas :-)

Resterait la solution de laisser le logiciel de dessin (ou d'impression) se charger de la découpe et de l'impression du plan sur plusieurs feuilles A4 mais... Il faudrait ensuite assembler les puzzle résultant... :-)

Ou alors réduire l'échelle d'impression pour que le plan tienne sur une feuille A4. Mais on aurait des problèmes de lisibilité...

Par ailleurs, j'ai eu la désagréable surprise de constater que l'impression n'est pas fidèle au dessin réalisé : je voulais m'imprimer des règles graduées en millimètres, dessinées avec OpenOffice, histoire d'avoir toujours sous la main des règles que je pourrais utiliser ici ou là.

Eh bien... Après avoir dessiné une règle de 150 mm de long, dont les des graduations étaient précisément dessinées et positionnées avec OpenOffice, j'avais un écart assez important à l'impression (dans les 10 %), ce qui la rendait donc inutilisable.

J'ignore qui était le coupable : OpenOffice ? L'imprimante (laser) ? La "traduction" du dessin vers l'imprimante ? C'est bien embêtant car comme OpenOffice permet de positionner précisément les éléments lors du dessin, il aurait alors été possible de se faire / diffuser des petits gabarits de perçage, de traçage, etc, sans être obligé de passer par ceux du commerce.

(j'ai tenté les mêmes impressions avec d'autres logiciels de dessin : même résultat).

Autre agacement d'ordre pratique : dessiner un plan de meuble à l'échelle, placer les lignes de cotation et qu'obtient-on ? La valeur de la cote en tout piti piti... Illisibles.

Solution ? Les reprendre une à une et changer la taille de la police. Une à une... Il est rare qu'un dessin technique ne contienne qu'une cote... Quel boulot !

Donc non, je n'imprime pas :-)

Mais alors, quel "intérêt" de dessiner le plan ? Réponse ici pour ceux qui prennent le train en route ;-)

Après l'étape du dessin du plan viendra l'étape de l'analyse de fabrication. C'est elle qui donnera toutes les infos pour la réalisation du meuble, c'est sur elle qu'on se reposera pour réaliser le meuble.

P.S. : un des intérêts d'imprimer le plan à l'échelle réside dans l'utilisation de plans sur règle. Ça fera l'objet d'un billet.

félicitations!

Salut, je découvre à l'instant votre site...
Je vais le parcourir un peu (beaucoup)... et j'aurais sans doute quelques questions à poser...
Merci pour votre initiative,
Thierry

Tes raisons personnelles,

Tes raisons personnelles, j'en ai les mêmes... Sketchup, je n'utilise que pour de la maquette rapide, un visuel pour un client pressé qui ne comprend pas trop la 2D, et qui te parle de Sketchup, que c'est bien... Bref, un client, quoi ;o)

FreeCAD, je ne connais pas. Ce doit être dans la lignée (en version gratuite) d'AutoCad que j'utilise beaucoup... Avec modélisation sous 3DS Max. Dans les 2 cas, c'est du dessin, modélisation "pure" où il faut quasi tout faire soit même...

Sinon, moi je dessine toujours tout à la main sur du papier avec un bon crayon, avant de passer au PC, pour le client.
Mes projets personnels ne sont pas forcément rentrés dans le PC. Et reste dans mes carnets de recherches.

Comme tu dis, les habitudes...

Il me semble que SolidWorks fait ça assez bien les éclatés !! Mais, c'est encore du programme pro et donc assez cher...

Pourquoi OpenOffice ?

Salut,

Bon j'avoue na pas avoir lu ton (je me permet de vous tutoyez) "long" tutos sur le "comment dessiner sous OpenOffice" car, un caisson, je connais, et que OpenOffice, je n'utilise pas !!
D'où ma question, en espérant que sa réponse ne soit pas dans ce "long" billet !!

Pourquoi utilises-tu OpenOffice pour tracer/dessiner tes plans ?? Et pas un programme comme SketchUp, qui de plus te fait une "maquette 3D" - pour ma part, j'utilise Autocad/Illustrator/3DS etc. Mais, bon, ceci fait partit de mon travail -
Mais de temps en temps, pour des réalisations simples et rapides, SketchUp me rend bien service et est très simple d'utilisation.

En tout cas, tes billets, sont toujours intéressants !!

Loïc

Alors... La réponse à «

Alors... La réponse à « Pourquoi l'utilisation d'OpenOffice », et plus largement « Pourquoi dessiner en 2D », se trouve dans ce billet : Le dessin du plan. Donc, tu as presque bien fait de ne pas lire ce looong tuto ;-) (je taquine, je taquine... :-) )

En fait, il y a aussi d'autres raisons que voici, en vrac :

  • OpenOffice est gratuit, librement téléchargeable, donc tout le monde peut l'utiliser sans débourser un centime (tout comme Gooogle Sketchup, c'est vrai),

  • Pour un B.A.-BA, OpenOffice Draw est une entrée en matière tout à fait convenable :-),

  • Des quelques logiciels de dessin 2D que j'ai essayé, c'est celui avec lequel le dimensionnement, le positionnement, le déplacement des "objets" est le plus simple et rapide (sélection de l'objet puis touche F4 et saisie des coordonnées et dimensions au clavier),

  • Le fait de dessiner en 2D avec un ordi peut sembler archaïque : pourquoi s'embêter à dessiner plusieurs vues plates d'un objet alors que l'on pourrait dessiner "en volume" et visualiser facilement l'objet sous tous les angles ?

    Eh bien le fait de repésenter un objet selon les vues "traditionnelles" ;-) du dessin technique implique une "gymnastique" qui concourt au final à une meilleure conception: on doit le penser avant. Avant de commencer quoi que ce soit. C'est peut-être un peu "laborieux" au début, mais c'est payant à la longue.

  • Dessiner ainsi en 2D, c'est à dire devoir dessiner un à un les différents éléments du meuble, prépare également la suite des opérations : la feuille de débit, le calepinage, les usinages, etc.

Après, il a d'autres raisons plus personnelles :

  • Je n'ai jamais pu me faire à Sketchup... (j'en cherche encore les raisons : tout le monde apprécie ce logiciel, et moi pas... :-/). Du coup, après quelques tentatives de prise en main peu concluantes, j'ai laissé tomber.

  • (En plus, je ne sais plus où je l'ai mis ni s'il faut des paramètres particuliers pour le lancer avec Wine :-) - je tourne avec Ubuntu. Bref ! Il ne fait pas partie de mes priorirés immédiates !)

  • Pour ce qui est de la 3D, j'utilise FreeCAD. Un peu laborieux mais convenable pour des structures "simples".

  • J'ai appris (mes rudiments de) dessin technique en 2D, j'ai l'habitude de cette représentation (Ah la la ! Le poids des habitudes... :-)).

Bon, il y a un truc quand même avec lequel je ne suis pas à l'aise avec OpenOffice, c'est la combinaison des courbes avec d'autres formes, jamais pu obtenir ce que je voulais :-/

Idéalement, je cherche un logiciel de 3D qui permette de faire des éclatés. Bon, mes moyens financiers sont cependant modestes, alors...

Et pour conclure : je suis tout à fait prêt à changer d'avis :-)